Laternenladen

Le « lampadaire-borne de recharge », cette idée va devenir une réalité

Le concept consistant à utiliser l'éclairage public pour recharger les voitures électriques, est aussi simple qu'intelligent. Les demandes concernant la variante pour lampadaire du point de recharge « Berlin » augmentent.

„« L'intégration de prises électriques à l'infrastructure existante telle que les lampadaires [...] est une [...] solution technique en principe disponible ». C'est ce que constate les auteurs de l'appel national pour le financement de la mise en place d'une infrastructure de recharge dans le cadre du « programme d'urgence pour la pureté de l'air 2017- 2020 » du 4 janvier de cette année. Les agents du ministère ont raison de décrire la « recharge sur lampadaire » comme une infrastructure de recharge à bas coût et ils ajoutent : « A l'heure actuelle, les possibilités de recharge abordables manquent dans de nombreux cas d'applications, notamment dans les endroits où le stationnement est de longue durée et pendant lequel la recharge peut être effectuée, comme par exemple pendant la nuit. Cela empêche les personnes concernées de considérer les véhicules électriques comme une véritable alternative en termes de mobilité. Les utilisateurs qui ne disposent pas d'une place de stationnement fixe ou qui ne peuvent pas l'équiper d'un point de recharge en sont un exemple. »

Il en serait de même si la start-up berlinoise et partenaire de la société Bender GmbH & Co. KG, ebee smart technologies GmbH, devait formuler son mythe fondateur. En effet, la vision du fabricant d'infrastructures de recharge fondé en 2011 était, dès le départ, d'utiliser les infrastructures électriques existantes dans les espaces publics pour recharger les voitures électriques. Il en est résulté le point de recharge « Berlin » développé et distribué par ebee, qui grâce à son matériel optimisé, peut être installé rapidement et aisément sur les lampadaires ainsi que sur les murs, les stèles et le mobilier urbain.

Travaux d'aménagement réduits à un minimum, faible encombrement

« Trois trous percés dans le mât et trente minutes de travail par un électricien qualifié » – selon le directeur général d'ebee, Robert Weyrauch, il n'en faut pas plus pour connecter le point de recharge « Berlin » à un lampadaire. Comme conditions minimales pour un montage, ebee mentionne un diamètre de mât minimum de 115 mm et une épaisseur de paroi de mât minimum d'environ 5 mm. Pour ce qui est des câbles électriques, une phase de raccordement des luminaires doit pouvoir supporter une charge supplémentaire d'au moins 10 A : cela correspond au scénario de recharge minimale avec 2,3 kW. Si une connexion triphasée est réalisée, il est possible de porter le scénario à 22 kW. Enfin, il doit y avoir une possibilité de stationnement à proximité directe du lampadaire. Selon l'équipe d'ebee, un trottoir situé entre le parking et le lampadaire sur lequel il faudrait tirer le câble de recharge, est l'un des rares obstacles réels à la finalisation du projet.

Abordable, tourné vers l'avenir et flexible

Dès le début, les développeurs d'ebee étaient conscients que leur produit devait répondre aux exigences futures élevées en matière de commande intelligente des scénarios de recharge. Le partenariat d'investissement et de production entre Bender et ebee, établi en 2014, a été un jalon important sur la voie de la réussite commerciale actuelle. Le concept de matériel svelte du point de recharge « Berlin » est né du développement par Bender d'un régulateur de charge compact. Grâce au régulateur de charge CC612 de Bender, la solution intégrée au lampadaire d’ebee est désormais équipée d'une intelligence de charge très avancée qui sera en mesure de répondre aux exigences difficiles des scénarios de charge complexes (smart charging / recharge intelligente).

 

Pour les gestionnaires municipaux, les avantages de la recharge sur lampadaire sont évidents : L'utilisation des infrastructures électriques existantes permet d'éviter des travaux de terrassement et d'installation coûteux. En outre, les points de recharge des lampadaires peuvent être démontés et déplacés rapidement en fonction des besoins. Cela rend leur installation intéressante, non seulement lors de la construction de nouveaux bâtiments, mais aussi lors de la modernisation ou de la rénovation de l'éclairage public.

Réserves techniques levées

Néanmoins, les maires et les Stadtwerke (régies municipales) émettent encore des réserves quand il s'agit d'opter pour la « recharge sur lampadaire » dans leur commune. Celles-ci sont fondées sur les durées de recharge prétendument trop longues en raison de la faible puissance de charge des lampadaires. En outre, pour certains, le problème réside dans le fait de ne pas pouvoir dissocier la consommation d’électricité du lampadaire de celle de la recharge des VE ou dans les sections réduites des câbles utilisées pour les réseaux d’éclairage. La question se pose également souvent de savoir d'où doit provenir le courant pour le point de recharge pendant la journée, c'est-à-dire lorsque l'éclairage est éteint. « Dans la plupart des cas, il est généralement possible de lever les réserves techniques lors de la première rencontre avec un client », ajoute Robert Weyrauch. Depuis le passage de l'éclairage public à la technologie LED, il y a généralement un surplus de courant suffisant dans les lampadaires. Grâce à son concept proche de la TAB, le point de recharge « Berlin » permet également de mettre en place une station de comptage publique comprenant des compteurs électroniques domestiques calibrés MID et une communication de données intelligente. Dans le cas de sections fines des lignes électriques, la puissance des points de recharge peut être réduite au moyen d'un régulateur de charge intelligent.

 

Enfin, le problème jour/nuit ne se pose pas dans le cas d'un réseau de distribution, étant donné que les lampadaires sont raccordés séparément à la ligne principale et qu'ainsi, pendant la journée, il y a suffisamment d'électricité disponible jusqu'à la jonction du câble. Dans le cas d'un réseau d'éclairage, c'est-à-dire lorsque la commutation de l'éclairage de rues entières n'a pas lieu avant le crépuscule, les phases existantes peuvent être commutées en courant continu. Cela signifie que l'énergie électrique est fournie aux points de recharge des lampadaires également pendant la journée. Désormais, la déconnexion du circuit entre l'éclairage et le point de recharge est effectuée par le biais d'une télécommande centralisée ou par une interface du contrôleur du point de recharge.

Davantage de points de recharge que de stations-service : stationnement = recharge

C'est surtout dans l'espace public urbain que la recharge sur lampadaire développe toute son utilité - là où, en raison d'un manque de stationnements privatifs, les gens sont contraints de stationner dans la rue ou sur des places. C'est là que l'aspect culturel de la mobilité de la
« recharge sur lampadaire » revêt toute son importance. La crainte que la puissance de charge de 2,3 kW à 7 kW prévue pour des points de recharge monophasés intégrés aux lampadaires ne soit pas suffisante pour les utilisateurs est infondée. Les points de recharge intégrés aux lampadaires sont, en raison de leur rentabilité, conçus pour équiper largement l'espace public. Ce qui dispensera les automobilistes de les chercher. Etant donné que la plupart des automobilistes ne parcourent le plus souvent que de courtes distances, ils ne sont pas contraints de "faire le plein" –une recharge partielle suffit. Enfin, de nombreuses situations de stationnement, par exemple sur le lieu de travail ou pendant la nuit impliquent que les véhicules soient garés pendant de longues périodes. En fait, les batteries peuvent être complètement rechargées, puisque même un point de recharge de lampadaire de 3,6 kW délivre une charge horaire équivalente à environ 25 km de conduite.

 

Le déploiement de la recharge sur lampadaire s'accélère. Par exemple, ebee fournit en exclusivité au gagnant de l'appel d'offres berlinois Allego des points de recharge pour lampadaires à usage public. Des projets pilotes basés sur des lampadaires équipés du point de charge « Berlin » d'ebee ont été mis en oeuvre à Bottrop, Aix-la-Chapelle, Hanovre et Cologne. En novembre 2017, le gestionnaire de réseau électrique E.DIS a inauguré son premier point de recharge « Berlin » intégré à un lampadaire à Großbeeren, dans le Brandebourg. Jusqu'à présent, trois entreprises, clientes d'ebee-Bender, ont réussi à vendre au niveau national et international, leurs propres solutions de points de recharge sur lampadaires basées sur le régulateur de charge CC612.

De plus en plus, les exploitants d'infrastructures prennent conscience du potentiel offert par la
« recharge sur lampadaire ». Il appartient désormais aux automobilistes eux-mêmes de savoir s'ils veulent s'inspirer de la devise d'ebee relative à la recharge dans les espaces publics :

« Nous ne roulons pas pour recharger, nous rechargeons lorsque nous sommes garés (à côté d'un lampadaire). »

Dipl. Pol. Peter Wilhelm, ebee smart technologies GmbH, Berlin

Téléchargements

TypeNomTailleLangueHorodatageD-/B-Numéro
Datenblätter CC612 515.6 Ko EN08.10.2021 09:08:03D00325

Produits

Régulateur de charge

Laderegler CC612
CC612 régulateur de charge

Recharge plus rapide et de manière plus sécurisée des véhicules électriques

Details
CC613 Laderegler
CC613 régulateur de charge

La nouvelle génération de contrôleurs de charge intelligents

Details

Seminare

Aucune actualité disponible.
qhy4raey

Vous avez des questions?

N'hésitez pas à nous contacter ! Nous sommes là pour vous aider.

FORMULAIRE DE CONTACT